Préparation des U-17: Entre espoir et incertitude

Published On April 18, 2017 | By Ronald Patrice Donatien | Uncategorized

La sélection nationale haïtienne des moins de 17 ans affrontera Curaçao le 21 avril dans le groupe A en match d’ouverture de la Concacaf U17 de football au stade Maracana de Panama. Si les résultats des rencontres de football disputées au Brésil où les coéquipiers de Celso Saint-Dic sont en préparation depuis novembre 2016 permettent d’espérer, on attend pour voir ce que le changement brutal de staff technique et surtout de communication voire de culture footballistique fera à ces jeunes footballeurs surtout qu’en 2012 déjà, Viva Rio n’avait pas apporté grand-chose.

L’Académie des « Perles Noires » de qui relève la préparation de la sélection nationale haïtienne U17 de football a soumis aux responsables du football haïtien un rapport sommaire des différentes rencontres (9 amicales et 14 en compétitions) disputées par les U17 depuis leur arrivée au Brésil en novembre et le temps de jeu de chaque joueur haïtien. Si l’on tient compte de ce travail jusqu’au 5 avril, il serait permis de nourrir de gros espoirs pour la participation de la sélection nationale U-17 à la phase Concacaf à partir du 21 avril, phase décisive pour l’attribution des billets qualificatifs pour la Coupe du Monde de la FIFA Inde 2017. Pourtant, quelques points sombres pourraient constituer un bémol à cet espoir.

1) La transition brutale Champions caribéens sous la direction de James Morisset qui les a préparés pendant deux ans, la communication entre staff technique et joueurs semblaient bien en place lors de la compétition caribéenne à Trinidad, mais la fédération a décidé d’écarter James Morisset et son staff sans autre forme de procès pour confier la préparation aux techniciens de l’Académie Perles Noires du Brésil. Les jeunes joueurs passaient sans transition d’un staff créolophone à un staff lusophone.

2) Les expériences du passé Jonel Désiré, Arcus Carlens, Jean Marie Ronaldo, Jean Wisner Dérival ont été les premiers jeunes à en faire l’expérience après le séisme du 12 janvier 2010. Envoyés dans le cadre de l’Opération 2018 se frotter avec la culture footballistique brésilienne, ces jeunes footballeurs avaient brillé là-bas au point de revenir en Haïti après une année d’expérience auréolée d’un titre de champions d’une compétition interécole de football disputée par environ 40 écoles de football représentant plusieurs pays du monde dont le pays hôte lui-même.
Les observateurs, en dépit des résultats élogieux obtenus par cette première crue expédiée là-bas, s’interrogeaient sur les acquis de ces jeunes footballeurs mis en contact avec le football brésilien.

Déjà, les joueuses de la sélection nationale de football féminin senior, championne de la Caraïbe en mars 2010 et parties en stage au Brésil préparer la phase Concacaf des éliminatoires rentraient grossies après 8 mois passés là-bas (Carmela Aristilde, Adeline Saint-Ilmont, Rachelle Dry, Lovely Placide, Fiorda Charles, Kensia Marseille, Fernande Hilaire, Nadia Valentin, Viola Nord, Sofia Batard, Daphney …), ayant tout simplement oublié leur football. Emmenées par une Farana Jean-Louis (attaquante convertie défenseure centrale pour le bien de sa formation) impériale et une Joanne Schmidt Charles innarretable au milieu du terrain sous la houlette de l’entraîneur Dumelle, les Tigresses posaient de sérieux problèmes à la double championne nationale qu’était Valentina au point de compter plusieurs points d’avance avant le retour des joueuses en stage au Brésil même si Manoucheka Pierre-Louis au sommet de son art (mais privée du voyage au Brésil pour avoir su montrer son attachement à la sélection avec qui Haïti avait remporté la coupe caribéenne) brillait de mille feux au sein de Valentina. Dumelle avait la mauvaise idée de changer son équipe de but en blanc au retour des stagiaires renvoyant du même coup Farana Jean-Louis et Joanne Schmidt Charles sur le banc au profit des Carmela Aristilde et consorts alors que (…) conservait sa formation intégrant graduellement ses stagiaires au Brésil au fur et à mesure qu’elles retrouvaient leur football. Valentina refaisait son retard graduellement pendant que les Tigresses perdaient du terrain. Valentina coiffait les Tigresses sur le fil et remportait le championnat pour la 3e saison d’affilée alors que Joanne Schmidt Charles était assaillie par le doute (elle n’a jamais su trouver sa forme d’avant) et Farana Jean-Louis était tout simplement perdue pour le football. (Même Dieunite Eliscar qui se révélait la révélation du moment ne s’est plus jamais retrouvée, mais pour d’autres raisons).

Les joueurs de la première promotion de l’ENTS ayant séjourné au Brésil reconnaîtront en fait : « Les Brésiliens ne forment pas comme nous, leur méthode consiste surtout à faire jouer le joueur à son poste le plus souvent possible et c’est de son expérience à son poste qu’il tire sa formation. Ils ne sont pas du genre à appeler le joueur et à lui dire ce qu’il faut faire à son poste comme le font les entraîneurs haïtiens. Il en va de même dans les questions tactiques », avaient révélé les jeunes joueurs de la première crue. La 2 e crue envoyée au Brésil n’avait pas eu le succès de la première vu que le ministère avait changé de patron.

3) L’expérience « Viva Rio » 2012 En 2012, la Fédération haïtienne de football avait contre toute attente confié le destin de la sélection nationale U17 aux Brésiliens de Viva Rio. Le résultat fut catastrophique. La méthode de travail des Brésiliens ne cadraient pas avec la méthode de travail des formateurs haïtiens. Il a fallu l’arrivée de Marc Cheze à la tête des jeunes à la fin de 2013 pour qu’Haïti retrouve son rang dans la zone caribéenne en 2014

C’est donc le 21 avril contre Curaçao que le public pourra évaluer le travail du staff brésilien. Haïti qui jouera dans le groupe A en compagnie du Panama, de Curaçao et du Honduras aura le désavantage d’être toujours l’équipe B dans ce groupe. Son calendrier se présente comme suit : 21 avril Curaçao vs Haïti au stade Maracana de Panama 24 avril Panama vs Haïti 27 avril 17 Honduras vs Haïti

Like this Article? Share it!

About The Author